Médiathèque

Réflexions autour de notre profession

12 Déc. 2011

Confidence sur la Confiance

Oh chantier

L’homme, la Parole et les Affaires

Des moments importants me déchirent le cœur
Les décisions d’un jour alimentent ma peur
Affaibli je le suis tous les jours puis les nuits
Je pars à la recherche d’un point fort qui me fuit
Peut être un jour viendra me donner cette chance
De voir un horizon et vers moi la confiance
Et pourtant je le veux profiter de la vie
Plutôt que de finir et regretter l’idée
Que pendant des années j’ai du la composer
Le chemin est tracé il faut me révolter
Accepter mes idées et me voir progresser
Et de ce que la vie nous doit nous apporter
Libérer nos désirs pour mieux en profiter
Proclamer haut et fort toute ma volonté
De toujours partager les conseils avisés
Acquérir la pensée sans jamais s’enliser
Et souffrir qu’une fois je puisse accepter
de prétendre grandir en toute liberté

Cette affaire est signée il nous faut commencer
Reprendre tous les plans pour mieux accompagner
Et revoir architecte ingénieur et plombier
Redoubler d’énergie de force et d’amitié
Qui animent nos vies et nous forment au métier
Le chantier commencé et déjà le budget
Nous rappelle comment il nous faudra gérer
L’impasse a été faite il nous faut composer
Et trouver des idées pour mieux y arriver
Mais déjà les problèmes le retard ou la pluie
Nous mènent la vie dure nous empêche l’ennui
Le temps passe si vite que je rentre le soir
Epuise que je suis à perdre tout espoir
De faire avec enfants tous les soirs les devoirs
Pas le temps de pleurer voila le nouvel avis
On repart confiant, sur de soi et conquis
Par toute la stratégie le désir et l’envie
La passion et la joie et bien sur les acquis
Et penser que des hommes au courage sans faille
Ne puissent rencontrer des tordus des canailles
Qui conduisent toujours aux simples funérailles
Mais nos cœurs forteresses un rempart une muraille
Contribuer  à construire un aussi bel ouvrage
Et régler des problèmes avec autant de rage
Accomplisse une vie, nous donne le courage
De suivre le chantier sans relâche ni naufrage
Le devoir accompli je repars au pays
Quelques jours seulement pour y voir les amis
Mais demain je sais bien il faudra repartir
Courageux solitaire pour mieux faire et bâtir

La parole est donnée, pas besoin de signer
Je vois dans ces yeux verts la couleur du désert
Le courage me manque je dois aviser
Traverser l’océan le cour d’eau le pré vert
Et demain sera fait d’un obscur compromis
De l’idée que je fais de me faire un ami
Rassuré d’un accord si fièrement gagné
Je ris de mon salut et de ma volonté
De vouloir partager avec sincérité
L’ambition de la vie et de la loyauté
Mais trahi par les hommes qui ne pensent qu’au fric
Je me vois mal parti dans ce drôle de trafic
J’avais vu le désert mais n’ai vu que le sable
J’avais vu la lumière j’étais pas raisonnable
Et pourtant je vous dis mes merveilleux amis
Seule chose qui compte la parole qu’on dit